Lorsque le contrôle d’une ressource et de données environnementales s’inscrivent dans l’espace. Analyse d’une photographie de terrain.

Audrey Sérandour est docteure en géographie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse associée à l’UMR Prodig. Elle propose ici une analyse de photographie de terrain tirée de son travail de thèse.

Photographie : Audrey Sérandour – Salar d’Atacama (Chili), avril 2018.

Quatre socles bétonnés, un solide grillage et deux cadenas donnent à voir le rôle crucial de l’information dans le contrôle d’une ressource. Ce dispositif de verrouillage a été installé par une entreprise privée d’exploitation de lithium, qui s’assure ainsi un accès exclusif à de précieuses données sur l’impact environnemental de son activité.

Creuser des puits pour accéder à la saumure riche en lithium

La photographie a été prise au Chili, sur le salar d’Atacama, qui constitue le gisement de lithium le plus important de ce pays. Situé à 2 500 mètres d’altitude et s’étendant sur 3 000 km², le salar d’Atacama est un bassin endoréique1 dans lequel se sont accumulés de nombreux sels. Cela explique la couleur blanche de sa croûte superficielle, visible sur la photographie. Le lithium est dilué dans les saumures qui se situent sous cette croûte saline. Pour l’extraire, il faut donc creuser des puits, à partir desquels la saumure sera pompée et placée dans des piscines d’évaporation, où elles subiront ensuite une évaporation solaire permettant d’y concentrer le lithium.

La phase d’exploration du projet extractif a nécessité le perçage de nombreux puits sur le salar, dont certains ne sont pas utilisés pour les opérations d’exploitation. Pour autant, ils n’ont pas tous été rebouchés une fois l’exploration terminée. Maintenir certains puits ouverts permet d’effectuer des prélèvements de saumure et de réaliser des mesures en différents points du salar. Ces mesures fournissent alors des données précieuses sur le niveau d’eau du salar, sur les caractéristiques physico-chimiques des saumures ou encore sur l’écosystème du bassin d’Atacama.

Des données environnementales précieuses

Toutes ces données environnementales sont précieuses, non seulement pour l’entreprise exploitante, mais aussi pour les populations voisines, inquiètes des impacts de l’activité extractive sur leur territoire. En effet, les communautés installées aux abords du salar d’Atacama vivent en partie de l’agriculture et de l’élevage, bien qu’elles travaillent aussi – et de plus en plus – dans le tourisme et l’activité minière. La préservation du bassin hydrologique d’Atacama est donc essentielle pour leurs activités. Or, l’exploitation du salar peut avoir des conséquences sur l’équilibre hydrique des oasis où vivent ces populations et les ressources en eau sont précieuses dans cette région aride.

Inquiètes de l’impact de l’exploitation du lithium, certaines communautés ont ainsi fait appel à des chercheurs, pour dresser un état des lieux et disposer d’un appui technique. Pour analyser la situation, ces chercheurs ont besoin d’étudier le comportement des saumures, ses variations annuelles, les rythmes de recharge hydrique du salar et l’éventuelle intrusion d’eau salée dans les nappes phréatiques2. Mais leur tâche est compliquée, car l’accès à toutes ces données est limité. Sur la droite de la photographie, le groupe de chercheurs se trouve ainsi face à des cadenas. L’un d’eux s’attriste : « c’est de cette façon que les entreprises empêchent l’accès à l’information ; c’est impossible de mesurer les niveaux d’eau ».

Le rôle des données dans le contrôle de la ressource

Les savoirs et leur contrôle jouent un rôle clé dans les rapports de pouvoir autour de la ressource. Sur le salar d’Atacama, deux entreprises privées – l’une chilienne, l’autre étasunienne – détiennent le contrôle du gisement de lithium, à la fois en termes matériels (elles disposent des moyens techniques d’extraction et contrôlent les accès au salar par un système de barrières) et en termes de savoirs (elles détiennent les connaissances sur la ressource, ainsi que les données sur les réserves disponibles et sur les évolutions environnementales des salares). Les autres acteurs de la régulation de la ressource se trouvent en situation de dépendance par rapport aux entreprises. Cette dépendance concerne non seulement les habitants de la région, mais aussi l’État chilien, qui n’a pas non plus accès aux données sur l’évolution du salar et peine à effectuer les contrôles environnementaux dont il a pourtant la charge (CNL, 2015).

Cette photographie et le cas du lithium chilien rappellent l’importance des relations entre savoir et pouvoir. L’image montre aussi que ces relations ont des traductions spatiales. Elles peuvent se matérialiser dans l’espace, où les ressources sont résolument ancrées. De plus, l’exploitation des ressources produit des relations de pouvoir elles-mêmes lisibles sur les territoires.

Audrey Sérandour


1 – Un bassin endoréique est une dépression fermée, dont les cours d’eau n’atteignent pas de mer ouverte.

2 – Par un effet de vases communicants, le pompage de saumure (eau salée) chargée en lithium pourrait avoir un effet d’aspiration d’autres réservoirs, comme par exemple des nappes d’eau douce.


Bibliographie

BAKKER Karen J., BRIDGE Gavin (2006), « Material worlds? Resource geographies and the ‘matter of nature’ », Progress in Human Geography, Vol. 30, n° 1, pp. 5-27.

CNL (2015), Litio: Una fuente de energía, una oportunidad para Chile. Informe Final, Comisión Nacional del Litio, Ministerio de Minería, 97 pages.

RAFFESTIN Claude (1980), Pour une géographie du pouvoir, Paris, Librairies techniques, 249 pages.

REDON Marie, MAGRIN Géraud, CHAUVIN Emmanuel, PERRIER BRUSLÉ Laetitia, LAVIE Émilie (dir.) (2015), Ressources mondialisées. Essais de géographie politique, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 pages.

SÉRANDOUR Audrey (2020), Le « triangle du lithium » à l’heure globale. Marges et intégrations territoriales (Argentine, Bolivie, Chili), Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Géraud Magrin et Laetitia Perrier Bruslé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 458 pages.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search