L’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta : entre sécurité énergétique et impératifs environnementaux et sociaux

Lila Benaza est doctorante en géographie à l’Université Paris XIII Villetaneuse et au Laboratoire Pléiade. Elle présente ici un papier tiré de sa présentation aux Doctoriales transdisciplinaires des ressources, organisées par le groupe Recherches-Ressources et qui se sont tenues le 29 mars 2019 à Paris.

Carte 1 – Localisation des sites d’exploitation de la zone « Athabasca » et du Lac Athabasca

Le Canada est un pays riche en ressources minières et énergétiques dont près de 90 % de la production d’énergie primaire est « non-renouvelable »1. Les réserves de pétrole sont estimées à 168,5 milliards de barils2, dont 96 % sont issus des sables bitumineux (164 milliards de barils), classant le pays au 3e rang des réserves mondiales prouvées (figure 2) et 4e au rang des producteurs et exportateurs mondiaux (figure 3). Selon Statistique Canada (organisme fédéral des statistiques), entre 1990 et 2003, la consommation énergétique canadienne issue de source non-renouvelable a augmenté de 23 % (figure 1). Cette consommation énergétique étant essentiellement issue d’énergies non-renouvelables : « Ce sont les produits pétroliers raffinés qui étaient les plus consommés au pays (…) avec 40 % de la part de consommation ». La consommation de l’Alberta est 2,5 fois plus élevée que la moyenne nationale ce qui s’explique en partie par l’activité industrielle. La province albertaine est aussi celle qui connaît la plus forte augmentation avec +38 % entre 1990 et 2003. 

Figure 1 – Consommation d’énergie par habitant (1960-2015)
Figure 2 – Réserves mondiales prouvées, 2018
Figure 3 (1) – Production (2017) et exportations mondiales (2016)
Figure 3 (2) – Production (2017) et exportations mondiales (2016)

Les sables bitumineux canadiens représentent environ 97 % des réserves de pétrole brut du pays3 dont la quasi-totalité sont situées en Alberta, première province productrice de pétrole. Pourtant, si les sables bitumineux représentent près de 65 % de la production canadienne de pétrole en 2018, les technologies disponibles actuellement ne permettraient d’extraire qu’un cinquième de ces réserves. En effet, l’extraction de ces réserves profondes requiert des technologies toujours plus perfectionnées, elles-mêmes consommatrices d’énergies et dont les impacts environnementaux s’accroissent (Barré et al., 2015).

L’utilisation des sables bitumineux est historiquement attribuée aux peuples autochtones, qui s’en servent pour l’étanchéité des canoës. Le potentiel économique de cette ressource est connu dès le début du XXe siècle. En 1967, l’entreprise Great Canadian Oil Sands (aujourd’hui Suncor) inaugure les premières activités d’extraction et de raffinerie économiquement viables4. Le gouvernement fédéral met alors rapidement en place des politiques de réduction de taxes qui vont contribuer à l’extension de cette industrie. La différence entre pétrole conventionnel et non-conventionnel se fait dans la composition de la roche mère (le réservoir) et dans les techniques d’extraction employées. Le pétrole conventionnel est généralement situé dans un réservoir de bonne qualité en forte concentration et l’exploitation est possible par simple forage. Pour un pétrole « non-conventionnel », tel que les sables bitumineux, la localisation et les caractéristiques physiques sont peu propices à une extraction par forage. Les sables bitumineux sont des particules constituées de grains de sable recouverts d’une pellicule d’eau, elle-même entourée d’une couche de bitume. Ainsi, l’extraction de cette ressource est compliquée par leur consistance qui peut être très visqueuse, voire solide. L’extraction est rendue possible grâce à deux méthodes : l’extraction minière et l’extraction in situ. Cependant, cette séparation entre pétrole « conventionnel » et « non-conventionnel » n’existe plus en tant que telle de nos jours, elle sert davantage à désigner des spécificités techniques (Barré, 2017). En effet, les principales sources de pétrole sont devenues exploitables et économiquement viables. On estime qu’environ 20 % des sable bitumineux sont exploitables par la méthode minière (47 % de la production actuelle) et environ 80 % par la méthode in situ (53 %). Après l’extraction, ils sont transportés vers des installations de valorisation où le pétrole est séparé des autres éléments. Durant cette étape, le bitume doit être transformé en pétrole synthétique, afin qu’il puisse être plus aisément transporté vers les raffineries et finalement être commercialisé. Les processus d’extraction et de valorisation de cette ressource engendrent alors un certain nombre de défis environnementaux liés à la préservation de l’eau, de l’air et des sols canadiens.

Les particularités d’extraction et de traitement des sables bitumineux qui rendent leurs traitements complexes amènent à s’intéresser à la question des pollutions générées. Pour cela, dans un premier temps, nous allons voir quelles sont les caractéristiques et les dynamiques qui découlent de l’exploitation des sables bitumineux situés au nord de Fort McMurray dans la zone « Athabasca » (carte 1). Aussi, les conséquences ne se limitant pas uniquement à des paysages fortement marqués, les peuples autochtones qui dépendent des ressources naturelles sont fortement impactés par l’exploitation des sables bitumineux. Cette ressource vient également questionner la place des populations autochtones dans cet environnement bouleversé et notamment dans les processus décisionnels complexes auxquels ils sont confrontés. Enfin, nous nous intéresserons aussi à la place de l’Etat, régulateur dans les processus de remise en état et théoriquement protecteur de l’environnement.

Exploitation d’une ressource aux conséquences destructrices

De l’extraction du sol jusqu’au traitement, le processus d’exploitation des sables bitumineux est très énergivore et a des conséquences destructrices sur l’environnement. À toutes étapes, ce dernier est perturbé : de la modification du paysage jusqu’aux rejets polluants durant les traitements chimiques aux usines de valorisation. Les sables bitumineux sont enfouis sous la forêt boréale, qui est ainsi « grignotée » pour faire place aux nouvelles installations (figure 4) (Williams, 2014). Dans un premier temps, il s’agit d’éliminer la couche « superficielle », sol et végétation de surface (figure 5a). Une fois l’assèchement des points d’eau effectué, on retire le « mort-terrain » (roche, sable, argiles, etc.) (figure 5b). Il est entreposé pour être réutilisé lors des opérations de remise en état, une fois l’exploitation minière terminée. Le bois est entreposé dans le but d’une valorisation économique, les sables bitumineux sont récupérés et transportés jusqu’aux installations d’exploitation et de traitement.

Figure 4 – 30 km au Sud de Fort McMurray (Lila Benaza, 2017)
Figure 5 (A) – Retrait de la couche superficielle et assèchement des points d’eau (Lila Benaza, 2017)
Figure 5 (B) – Retrait et stockage du terrain mort (Lila Benaza, 2017)
Figure 5 (C) – Le bois résultant de la déforestation de la forêt boréale est entreposé et fait l’objet d’une valorisation économique (Lila Benaza, 2017)

Une des plus conséquences environnementales les plus importantes de l’exploitation de cette ressource concerne la création de bassins de résidus, aussi appelés bassins de décantation (« tailings ponds »). Ils ont pour objectif de stocker les eaux usées issues du traitement chimique des sables bitumineux (figure 6). Ils contiennent un certain nombre de matières : principalement de l’eau, de l’argile, une petite quantité de pétrole, mais également des substances toxiques (plomb, mercure par exemple). Ces bassins sont un défi majeur pour les compagnies pétrolières, notamment à cause des nombreuses fuites dont ils font l’objet. Les grands groupes pétroliers (Suncor, Syncrude entre autres) soutiennent que les polluants se trouvant dans les bassins sont maîtrisés et ne représentent aucun risque pour les peuples vivant en aval du lac Athabasca (carte 1). Les coûts liés à l’installation et à l’entretien des bassins de décantation représentant une part importante des investissements consacrés à la remise en état des terres et à la gestion des résidus. Pour l’entreprise Syncrude, par exemple, les coûts de cet entretien s’élèvent à 11 millions de dollars canadiens annuels5. La sécurité des bassins est réglementée par l’« Alberta Environment and Parks » et par l’« Alberta Energy Regulator » et répondent aux normes de l’Association canadienne des barrages et de l’Association minière du Canada. Les bassins de Syncrude sont examinés par un comité géotechnique externe tous les cinq à sept ans, en théorie6. Malgré la mise en place d’une réglementation qui semble contraignante, les bassins sont une menace directe à la faune, notamment aux oiseaux migrateurs. Durant le processus de décantation, le bitume qui n’est pas récupéré lors du processus d’extraction flotte et forme une nappe huileuse à la surface. Des dispositifs visuels et sonores sont en place pour dissuader les oiseaux de se poser sur ces bassins, en vain. La figure 6 montre un dispositif visuel flottant (épouvantail déguisé en ouvrier) sur le lac artificiel « East Mine » appartenant au groupe pétrolier Syncrude, pionnier dans l’exploitation des sables bitumineux en Alberta. Des dispositifs sonores (canons à tir réguliers) sont aussi disposés sur le pourtour du lac. Syncrude a aussi installé des clôtures électrifiées ainsi que des reproductions de prédateurs pour éloigner les oiseaux. Malgré les efforts réalisés pour éloigner les oiseaux migrateurs des bassins de décantation, plusieurs milliers d’oiseaux migrateurs y périssent chaque année. En avril 2008, le groupe pétrolier Syncrude a été condamné à payer 3 millions de dollars pour la mort de 1 600 canards. En octobre 2010, plus de 500 oiseaux périssent après s’être posés dans des bassins de décantation appartenant à Syncrude et à Suncor. En 2015, ce sont une trentaine de hérons qui ont péri dans un bassin abandonné appartenant à Syncrude. 

Figure 6 – Vue sur une partie du bassin de décantation appartenant à Syncrude, Fort McMurray (Lila Benaza, 2017)

Le sort des peuples autochtones, résidant au nord de la province et étant en contact avec le lac Athabasca, inquiète également et ce d’autant plus que le mode de vie traditionnel de ces populations est basé sur la chasse et la pêche. Au village Fort Chipewayn, les premières Nations qui y vivent sont confrontées aux conséquences de la pollution de l’eau de l’Athabasca. En effet, plusieurs compagnies pétrolières admettent la présence d’eaux usées dans la rivière Athabasca7, en plus des possibles infiltrations dans le sol. Selon les pêcheurs de Fort Chipewayn, mais aussi le limnologue David Schindler, les poissons atteints par des cancers de la peau ont probablement un lien avec les sables bitumineux. La pollution de l’eau de l’Athabasca a aussi des conséquences sur la santé des premières Nations, atteintes de cancers rares à une fréquence bien plus élevée que la moyenne. Erin Kelly, David Schindler et d’autres chercheurs ont commencé en 2008 des recherches sur la qualité de l’eau du fleuve Athabasca8. En 2010, paraît une étude alarmante sur un taux anormalement élevé de métaux lourds, dont le plomb, le mercure et le zinc (Kelly, 2010). 

Si les sables bitumineux constituent un important potentiel économique pour le pays, ils sont aussi considérés comme une richesse patrimoniale historique par les populations locales. Les étapes qui constituent l’exploitation des sables bitumineux ont des conséquences sur la faune, mais aussi sur les populations autochtones qui vivent à proximité des exploitations et des cours d’eau contaminés. Ainsi, nous allons voir dans une deuxième partie quels sont les moyens pour cette population de peser dans les processus de décision. 

La place des populations autochtones face aux acteurs nationaux et privés

De manière générale, on semble tendre vers une plus grande implication des acteurs locaux dans les projets industriels. Cependant, on peut se demander s’il s’agit ici d’une stratégie de communication ou d’une réelle volonté de discussion avec les communautés. Si la province semble vouloir accorder une certaine importance à la voix des autochtones en les incluant dans les projets d’exploitation, dans les faits ces acteurs n’ont pas voix au chapitre pour le contrôle de la ressource. Les enjeux de la démocratie participative à l’échelle locale peuvent être principalement résumés en un ensemble d’actions visant à inclure les peuples autochtones dans un processus informatif plus que décisionnel. Cependant, les grands groupes pétroliers développent de plus en plus de « partenariats », qui consistent à mettre en place des accords commerciaux dans divers projets avec les populations concernées9. Les acteurs économiques peuvent pratiquer un « brouillage » de la parole volontaire ou involontaire. Ceci va avoir pour conséquence de rendre la participation très difficile puisque la compréhension même des sujets traités devient difficile. Plusieurs autres problèmes peuvent être rencontrés lors des réunions qui sont principalement organisées par des professionnels appartenant aux groupes pétroliers. La langue utilisée étant l’anglais, ceci peut rendre très difficile, voire impossible la traduction de concepts environnementaux en langues locales. Les différents dispositifs de participation mis en place en faveur des peuples autochtones concernés conduisent à un grand sentiment de déception des habitants, voire d’insatisfaction, aussi bien sur le plan démocratique que sur le plan environnemental. Dans le rapport de la commissaire à l’environnement et au développement durable datant de l’automne 2014, on constate qu’« entre octobre 2013 et mai 2014, cinq collectivités des Premières Nations et des Métis se sont retirées du processus » de surveillance des sables bitumineux. 

Aussi, on peut s’interroger sur l’hypothèse d’une instrumentalisation des populations autochtones au profit de la bonne conscience de la province. Les groupes industriels n’hésitent pas à mettre en avant leurs contributions dans la « redistribution des richesses » aux communautés. Redistributions qui ressemblent en réalité à des mesures réparatrices des conséquences engendrées. Cependant, les relations entre les peuples autochtones et les groupes industriels ne sont pas aussi simples et prennent diverses formes. La réserve de Fort Mackay (située à 50 km au nord des exploitations de Fort McMurray) est un exemple de « partenariat » mis en place entre les groupes industriels et les premières Nations. Le financement d’un certain nombre de structures publiques et surtout économiques et industrielles a permis à cette communauté de se développer et de centrer son économie autour des sables bitumineux (figure 7). En 2016, Fort McKay fête 30 années de collaboration avec le groupe pétrolier Suncor10.

Figure 7 – Panneau à l’entrée de Fort McKay montrant l’activité économique présente au sein de cette communauté (Lila Benaza, 2017)

Face à l’accaparement des biens et des espaces publics de la part des groupes pétroliers, les peuples autochtones s’opposent aux projets d’expansion des sables bitumineux et des oléoducs11. Le rôle des acteurs publics et privés dans la gouvernance de ces territoires, ainsi que leur légitimité, ont fortement été remis en question et ils revendiquent une gestion plus partagée et surtout plus équilibrée des ressources. Malgré l’importante mobilisation des populations locales, celles-ci doivent faire face au pragmatisme des acteurs et un manque d’inclusion des populations locales dans les prises de décisions. On observe également une dichotomie au sein des populations autochtones entre, d’une part, ceux qui sont contre les sables bitumineux et qui luttent contre leurs expansions et, d’autre part, ceux qui sont « pro » et qui mettent en avant un certain nombre d’avantages liés à l’exploitation des sables bitumineux12. Les opposants réclament l’arrêt de l’expansion des sables bitumineux et la restauration de l’environnement atteint. Les populations dépendant du lac Athabasca se trouvent ainsi confrontées à ces pollutions notoires qui résultent d’impératifs économiques pensés à des échelles nationales ou internationales. Et si l’accès aux ressources naturelles est en principe garanti aux populations autochtones (« Droit des terres »13), ce droit semble compromis par les exploitations pétrolières en amont qui polluent l’eau. 

Entre impératifs économiques et protection de l’environnement

La province albertaine dispose d’une certaine autonomie dans la gouvernance de ses ressources et est en position de force dans la gestion des sables bitumineux. Les conflits territoriaux et sociaux autour de la question de la gestion des biens collectifs au niveau local par les acteurs publics et privés conduit à s’interroger non seulement sur l’efficacité et l’utilité du mode de gouvernance en place, mais aussi sur la légitimité même des formes de gouvernance. On peut distinguer plusieurs échelles de territorialité entre les différents acteurs ainsi qu’une pluralité de significations pour cette même ressource (Redon et al, 2015). Classiquement, l’État ancre sa légitimité dans son autorité à l’échelle nationale ou provinciale, tandis que les locaux, plus particulièrement les populations autochtones habitant au nord des exploitations des sables bitumineux, justifient leurs actions de défense du territoire et de l’environnement local en tant qu’habitants ancestraux du territoire et premiers concernés par la dégradation de l’environnement. La protection de l’environnement, et notamment la mise en place des opérations de réhabilitation des sites perturbés est très limitée. La province exige des groupes industriels une remise en état des lieux affectés, mais ce sont principalement ces derniers qui en définissent eux-mêmes les modalités. Tous les acteurs, y compris les exploitants soutiennent l’importance de la remise en état des terres et des paysages. Le défi réside dans la manière de faire. L’Association canadienne de production pétrolière (ACPP) se charge des études environnementales et des études de remise en état des espaces concernés. Les groupes industriels sont contraints d’adhérer à « l’Environmental Protection and Enhancement Act » de l’Alberta qui les « oblige à remettre les terres à une capacité de production équivalente à celle du paysage d’avant perturbation »14 Ainsi, un « plan de fermeture de la mine » ainsi qu’un « plan de remise en état de la mine » à horizon de 10 ans doivent être remis tous les trois ans.

Figure 8 (1) – Vue depuis un ranch dédié aux bisons (Beaver Creek Wood Bison Ranch). Il a été co-manager avec les Premières Nations de Fort McKay
Figure 8 (2) – Vue depuis un ranch dédié aux bisons (Beaver Creek Wood Bison Ranch). Il a été co-manager avec les Premières Nations de Fort McKay

À Fort McMurray, les politiques de gestion du « pendant » et de l’après-mine se mettent en place dès les années 1980 et les réhabilitations se déroulent tout au long de l’exploitation jusqu’à épuisement de la ressource. Il n’est donc pas rare de trouver des paysages réhabilités face à des sites industriels en cours de fonctionnement (figure 8). Ainsi, nous pouvons identifier quatre stades d’évolution dans cette zone : les mines en activité, les mines abandonnées, les mines en cours de réhabilitation et les mines réhabilités (Beringuier et al., 2010). Les sites en cours de réhabilitation et réhabilités au nord de Fort McMurray peuvent être classés en différentes catégories (sportive, loisirs, mémorielle) et ils ont tous pour point commun la présence d’une forte pédagogie autour de l’histoire des sables bitumineux. Ils ont pour point commun également d’avoir le bison en tant que symbole de la bonne gestion de l’après-mine. Ces sites ont aussi été pensés pour être des points d’observation des bisons et des oiseaux. Le musée de la mine consacré aux « Géants de la mine » est à la fois un lieu touristique et pédagogique, destiné aux visiteurs. Il a pour originalité d’exposer à ciel ouvert des vestiges industriels qui ont marqué le paysage et qui sont très identifiables. Ainsi, cette « survalorisation » d’un passé ravageur côtoie une politique d’effacement des cicatrices d’une industrie destructrice. 

Conclusion

Les sables bitumineux sont une ressource mondialisée, d’une grande importance économique, dont l’exploitation et la mise en valeur implique une pluralité d’acteurs et de significations en fonction du contexte et des échelles considérées. Ainsi, les usages et valeurs accordés à cette ressource sont différents selon les acteurs. L’extraction des ressources naturelles ne fait pas seulement appel à la notion de milieu physique, mais aussi à une construction sociale (Redon et al., 2015). La gestion du « pendant » et de l’après-mine ainsi que la place des acteurs qui se côtoient reste floue. La remise en état des terres perturbées est accompagnée d’une politique sociale visant à redistribuer les richesses et à mettre en collaboration les peuples autochtones, mais qui en réalité désigne une politique de dédommagement en finançant des structures publiques au sein des communautés concernées. La gestion de l’après-mine, qui consiste à redonner aux terres une capacité équivalente à celle du paysage d’avant perturbation produit des paysages nouveaux, qui contrastent très fortement avec la forêt boréale. Ces relatifs nouveaux lieux fonctionnels sont valorisés par les groupes industriels concernés au travers d’une forte mise en scène de la nature à en devenir. Ceci donne l’impression d’une gestion de surface face aux dommages occasionnés. Ainsi, il est important de s’interroger sur les différentes façons qu’ont les acteurs sur ce territoire d’affirmer ou de revendiquer leurs légitimités à agir dans un contexte où chacun défend sa légitimité et conteste celle de l’autre. Les acteurs s’attachent à montrer leur utilité sociale ou économique et ainsi leurs droits d’agir sur le territoire. Les luttes à différentes échelles mettent en évidence des processus de domination entre des acteurs privés (producteurs, raffineurs,commerçants, associations industrielles, etc.) insérés dans la mondialisation et certaines communautés autochtones dont les moyens de défense sont plus fragiles.

Lila Benaza


1 https://www150.statcan.gc.ca/

2 Statistique Canada, Extraction de pétrole et de gaz 2000, produit no 26-213-X catalogue de Statistique Canada, page 7.

3 https://www.rncan.gc.ca/energie/

4 https://www.suncor.com/fr-ca/a-de-propos-nous/histoire

5 https://www.syncrude.ca/environment/tailings-management/tailings-reclamation/

6 https://www.syncrude.ca/environment/tailings-management/tailings-dam-safety/

7 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/606412/fuite-suncor-riviere-athabasca

8 https://www.researchgate.net/scientific-contributions/38817446_Erin_N_Kelly

9 https://connexions.suncor.com/municipalite-regionale-de-wood-buffalo/novembre-2016/suncor-a-etabli-un-partenariat-avec-les-premieres-nations-dans-le-cadre-du-projet-dagrandissement-du-parc-de-stockage-est

10 http://fortmckay.com/30-years-in-business/

11 http://www.treatyalliance.org/wp-content/uploads/2016/09/Trait%C3%A9-info-suppl%C3%A9mentaire-1.pdf

12 https://globalnews.ca/news/66591/pros-and-cons-alberta-oil-sands/

13 https://www.rncan.gc.ca/sciences-terre/geomatique/arpentage-des-terres-du-canada/propos-des-terres-du-canada/10856

14 https://open.alberta.ca/publications/e12


Bibliographie

BARRÉ Bertrand, MÉRENNE-SCHOUMAKER Bernadette (2015), Atlas des énergies mondiales, Éditions Autrement.

BERINGUIER Philippe, BERTRAND Magali, BOUCHIER Martine, BROSSEAU Sylvie, et Collectif (2010), Cahiers thématiques, N° 9 : Paysage, territoire et reconversion. Lille : MSH Editions.

KELLY E. N., SCHINDLER D. W., HODSON P. V., SHORT J. W., RADMANOVICH R., NIELSEN C. C. (2010), Oil sands development contributes toxic elements at low concentrations to the Athabasca River and its tributaries. https://www.pnas.org/content/pnas/107/37/16178.full.pdf.

REDON Marie, MAGRIN Géraud, CHAUVIN Emmanuel, PERRIER BRUSLÉ Laetitia, LAVIE Émilie (dir.) (2015), Ressources mondialisées. Essais de géographie politique, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 pages.

WILLIAMS Ron, (2014), Architecture de paysage du Canada. Architecture de paysage du Canada. Thématique Architecture, urbanisme et aménagement. Montréal : Presses de l’Université de Montréal.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search