L’analyse de flux de matières, vers une meilleure connaissance géoéconomique des matériaux ? L’exemple du cobalt (3/3)

Raphaël Danino-Perraud est doctorant en intelligence minérale au Bureau des recherches géologiques et minières et au laboratoire d’économie d’Orléans. Il présente ici un papier tiré de sa présentation aux Doctoriales transdisciplinaires des ressources, organisées par le groupe Recherches-Ressources et qui se sont tenues le 29 mars 2019 à Paris.

Carte 2 – Les importations européennes de cobalt en 2017
Carte 3 – Les exportations de cobalt de l’Union européenne en 2017

Une AFM du cobalt pour l’Union européenne en 2017 : quelques résultats

Une meilleure compréhension des vulnérabilités et opportunités commerciales (Voir carte 2 et 3)

Plusieurs constatations géoéconomiques peuvent être faites de l’analyse des flux de cobalt sur dix ans. On observe par exemple la présence de la Russie parmi les fournisseurs réguliers de l’Union européenne, même si les quantités importées semblent avoir baissé depuis l’instauration des sanctions européennes. En effet, elle possède des capacités de production sur la majorité des minerais dits critiques. A titre d’exemple, elle produit environ 3 % du cobalt au niveau mondial et poursuit une stratégie de montée en puissance sur la chaîne de valeur de ce métal. Ainsi, les exportations russes sont maintenant des produits à plus forte valeur ajoutée que les minerais et concentrés (7%), typiquement des oxydes, hydroxydes (72%) ou encore des cathodes (99,5%). Cette stratégie de montée en puissance sur la chaîne de valeur n’est pas l’apanage de la Russie. En effet, la majorité des pays producteurs de cobalt sont des pays en développement qui mettent en œuvre des stratégies de production des composants à plus forte valeur ajoutée. C’est le cas de la RDC qui a interdit en 2013 l’exportation de minerais de cobalt afin de pouvoir le raffiner sur place. De fait, les exportations d’hydroxydes de cobalt ont augmenté de manière parallèle à la baisse des exportations de concentrés depuis 2008.

Mieux comprendre l’intégration des flux de production artisanale dans la production officielle

Toutefois, le cobalt est régulièrement pointé du doigt pour les conditions dans lesquelles il est extrait. En effet, environ 10 % de sa production est faite de manière artisanale, dans des conditions sanitaires et environnementales déplorables. S’il n’a pas été directement catalogué comme un minerai de conflit, il pourrait être concerné par les sanctions européennes et par la loi sur les minerais de sang qui doit entrer en vigueur en 2021. Interdire les exportations de minerais est une solution pour éviter les exportations illégales. De ce point de vue là, on observe l’augmentation des exportations de cobalt des pays voisins de la RDC (Zimbabwe, Afrique du sud, Rwanda, Ouganda, Kenya, Tanzanie). Or seuls les trois premiers disposent de capacité de production de cobalt, peu importante pour le Zimbabwé (200 tonnes), plus importantes pour l’Afrique du sud (1200-2000 tonnes). L’Ouganda quant à elle ne produit officiellement plus de cobalt mais dispose encore de stocks qu’elle affirme exporter. Le Kenya, la Tanzanie et le Rwanda n’en produisent pas. Néanmoins, il est tout à fait probable que le cobalt transite par les ports kényans et tanzaniens. Il est également possible que la production artisanale « ruisselle » dans les pays voisins comme cela a déjà été le cas pour le tantale au Rwanda (Bleischwitz et al, 2013).

Une meilleure compréhension des taux de recyclage

L’AFM permet aussi de remettre en perspective les chiffres du recyclage. En effet, alors que le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) évoquait un taux de recyclage de 68 % pour le cobalt en fin de vie en 2011 (Reuter et al, 2013), nous ne trouvons qu’un chiffre de 20 % pour l’année 2017. Si la moitié du cobalt est utilisé dans les batteries et 20 % dans les alliages, que le premier a un taux de recyclage global de 6 % et le second a un taux de 50 %, il semble compliqué d’atteindre 68 % . Ce chiffre représente en fait le taux de chutes de productions récupérées pendant la production d’alliages (Shedd, 1993). Si nous rajoutons le traitement des chutes de production, le chiffre de 34 % de recyclage fonctionnel est atteint, 5 % de non fonctionnel et 58 % partent à la décharge. Ermelinda Harper, pour sa part, estimait en 2012 que 22 % du cobalt était recyclé de manière fonctionnelle, 10 % de manière non fonctionnelle et 68 % perdu (Harper et al, 2012).

Les limites de la méthode

Il est nécessaire d’être conscient des limites de la méthodologie. En effet, les données ne sont pas figées telles qu’elles ont été exprimées mais varient le plus souvent entre les deux bornes. Sur certains flux (HS 81 05 20 00, Mattes de cobalt et autres produits intermédiaires de la métallurgie du cobalt; cobalt non forgé; poudre de cobalt ; ainsi que les différents produits chimiques contenant du cobalt), les données de cobalt contenus manquaient, il a donc fallu les estimer à partir d’hypothèses dérivées de la littérature. Certaines erreurs d’insertion dans les bases de données ont également été relevées. Entre quantités parfois trop importantes pour être justes ( HS 28 27 39 30 Chlorure de cobalt), et quantités rentrées sous le mauvais indicateur (carbures en poids (kilogrammes ? Tonnes?) et non en pièces), les conséquences sur le calcul des flux peuvent être importantes. Néanmoins, une telle méthodologie effectuée sur plusieurs années nous permet d’observer les évolutions des flux, leurs formes et de pouvoir calculer les différents taux de pertes, ce qui permettra de remettre en perspective les différents taux de recyclage régulièrement mis en avant.


Ce post constitue la troisième des trois parties du papier de Raphaël Danino-Perraud. Retrouvez la première partie ici et la deuxième ici.


Bibliographie complète

Al Barazi S. (2018). Rohstoffrisikobewertung: Kobalt. Rohstoffinformationen 36. Deutsche Rohstoffe Agentur (DERA), Berlin

Alves Dias P., Blagoeva D., Pavel C., Arvanitidis N. (2018). Cobalt: demand-supply balances in the transition to electric mobility. Publications Office of the European Union. Luxembourg

Audion, A.S., Hocquard, C., Labbé, J.F., Dupuy, J.J. (2014). Panorama mondial 2013 du marché du cobalt, rapport public

Ayres R.U., Kneese A.V. (1969). Production, Consumption & Externalities, American Economic Review, 59, pp 282-296

BIO by Deloitte (2015). Study on Data for a Raw Material System Analysis: Roadmap and Test of the Fully Operational MSA for Raw Materials. Prepared for the European Commission. DG GROW

Blandin M.C. (2016), 100 millions de téléphones portables usagés: l’urgence d’une stratégie. Rapport d’information fait au nom de la mission d’information n° 850 sur l’inventaire et le devenir des matériaux et composants des téléphones mobiles. Sénat, France

Bleischwitz M., Dittrich M., Pierdicca C. (2012). Coltan from Central Africa, international trade and implications for any certification, Resources Policy, Volume 37, pp 19-29

Blengini G-A, Nuss P., Dewulf Jo., Nita V., Talens Peiro L., Vidal-Legaz B., Latunussa C., Mancini L., Blagoeva D., Pennington D., Pellegrini M., Van Maercke A., Solar S., Grohol M., Ciupagea C. (2017). EU methodology for critical raw materials assessment: Policy needs and proposed solutions for incremental improvements, Resources Policy, vol. 53, p. 12-19

Brunner P.H., Rechberger H. (2004). Practical Handbook of Material Flow Analysis

Buchert M., Jenseit W., Merz C., Schüller D. (2011). Verbundprojekt : Entwicklung eines realisierbaren recycling-konzepts für die Hochleistungsbatterien zukünftiger Elektrofahrzeuge. LIBRI – Teilprojek: LCA der Recyclingverfahren. Öko-Institut, Darmsatdt

Chen W-Q., Graedel T.E. (2012). Anthropogenic Cycles of the Elements: A Critical Review », Environmental Science & Technology, 46, pp 8574-8586

Commission européenne (CE) (2017). Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions relatives à la liste 2017 des matières premières critiques pour l’UE

Critical Raw Materials, http://ec.europa.eu/growth/sectors/raw-materials/specific-interest/critical_fr, consultée le 29 août 2018

Darton Commodities Limited (2019). Cobalt Market Review 2018-2019, Darton Commidities Ltd

Geldron A. (2017). L’épuisement des métaux et minéraux : faut-il s’inquiéter ?, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)

Graedel T.E., Harper E.M., Nassar N.T., Nuss P., Reck B.K. (2015). Criticality of metals and metalloids. Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). 112(14), 4257-4262

Harper E., Kavlak G., Graedel T.E. (2012). Tracking the Metal of the Goblins: Cobalt’s Cycle of Use, Environmental Science and Technology. 46(2), 1079-1086

Heelan J., Gratz E., Zheng Z., Wang Q. (2016). Current and prospective Li-Ion battery recycling and recovery processes. Journal of the minerals, metals and materials society. 68(10), 2632–2638

Huisman J., Leroy P., Tertre F., Ljunggren Söderman M., Chancerel P., Cassard D., Løvik A.N., Wäger P., Kushnir D., Rotter V.S., Mählitz P., Herreras L., Emmerich J., Hallberg A., Habib H., Wagner M., Downes S. (2017). Prospecting Secondary Raw Materials in the Urban Mine and mining wastes (ProSUM). Final Report, Bruxelles

Jebrak M., Marcoux E. (2008). Géologie des ressources minérales, Ressources Naturelles et Faunes, Québec

Ladenberger A., Arvanitidis N., Jonsson E., Arvidsson R., Casanovas S., Lauri L. (2018). Identification and quantification of secondary CRM resources in Europe. Solutions for Critical Raw materials – a European Expert Network (SCREEN)

Nansai K., Nakajima K., Kagawa S., Kondo Y., Su S., Shigetomi Y., Oshita Y. (2014). Global Flows of Critical Metals Necessary for Low-Carbon Technologies: The Case of Neodymium, Cobalt, and Platinum, Environ. Sci. Technol., 48 (3), pp 1391–1400

Nuss P., Blengini G-A. (2018). Towards better monitoring of technology critical elements in Europe: Coupling of natural and anthropogenic cycles, Science of The Total Environment, pp 569–578

Policy and strategy for raw materials, https://ec.europa.eu/growth/sectors/raw-materials/policy-strategy_en, consultée le 29 août 2018

Reuter M., Oyj O., Hudson C, Van Schaik A., Heiskanen K., Meskers C., Hagelüken C. (2013). Metal Recycling: Opportunities, Limits, Infrastructure. A Report of the Working Group on the Global Metal Flows to the Inter- National Resource Panel. United Nation Environment Programm (UNEP)

Roskill (2017). Cobalt: Global Industry, Markets and Outlook to 2026 Thirteenth Edition, Roskill Information Services Ltd

Shedd K.B. (1993). The Material flow of cobalt for the United States, U.S. Bureau of Mines. Information Circular 9350

Shedd K.B. (2017). Mineral Commodity Summaries, United States Geological Survey (USGS)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.