Place des femmes dans la valorisation de l’arganier : traditions, émancipations et exploitations (Maroc)

Amandine CORMIER est doctorante en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’UMR LADYSS, au sein de l’ERC Tarica, sous la direction d’Alia GANA (CNRS). Elle présente ici un papier tiré de sa présentation aux Doctoriales transdisciplinaires des ressources, organisées par le groupe Recherches-Ressources et qui se sont tenues le 29 mars 2019 à Paris.

Photo 1 – Arganier dans la province de Tiznit, avril 2018

L’arganier, producteur d’une huile recherchée

Ressource naturelle endémique et anthropisé, l’arganier est considéré comme le pivot de la culture agraire traditionnelle de la région du Souss-Massa (voir Carte 1) au Maroc (Nouaim, 2005), dans le cadre d’une gestion communautaire de cette forêt (différents droits d’usage). L’arganier est un arbre aux usages multiples (Nouaim, 2005), dont l’un repose sur ses fruits (affyach), qui sont transformés en une huile alimentaire et cosmétique. Le processus de fabrication, repose notamment sur des savoir-faire dits féminins et notamment sur le concassage des affyach afin d’extraire les amandons (zenin) qui sont ensuite broyés pour obtenir de l’huile.

Carte 1 – Aire de répartition de l’arganier (source : Haut-Commissariat aux Eaux et Forets)

Mise en valeur par la création de coopératives féminines

A partir des années 1990, plusieurs structures (associations, ONG, projets de coopération internationale) ont permis conjointement et successivement la création de coopératives féminines de valorisation de l’huile d’argan (Charrouf, 2007). Le « concept » des coopératives d’argan a ainsi été mis en scène, internationalement, comme un modèle de développement par le genre, s’intégrant dans une démarche de développement durable du territoire. La coopérative doit ainsi produire une huile de bonne qualité, de manière mécanisée, respectant des règles d’hygiène et de traçabilité, qui peut être mise en valeur par la labélisation.

Empowerment des femmes ou reproduction de rapports de domination ?

Ainsi, la réussite économique des coopératives doit permettre de fortes retombées économiques pour les femmes concernées, avec la création de revenus pour celles-ci. D’autre part, la coopérative est censée permettre l’émancipation et l’empowerment des femmes, avec un accès à des responsabilités et à une forme d’autonomie.

Au sein de cette filière de valorisation économique, les femmes sont présentées comme étant les principales actrices et bénéficiaires de l’exploitation économique de la ressource. Pourtant, on peut constater que dans la réalité et à plusieurs échelles, cette ressource suscite de nombreuses convoitises et donc un accaparement par d’autres acteurs, contribuant à faire perdurer et renouveler des rapports de domination que subissent fortement les femmes vivant dans les zones rurales de la région.

Méthodologie de la recherche

Les résultats proposés ici reposent sur une étude de terrain réalisée entre janvier et mai 2018, menée dans le cadre et à l’appui du programme de recherche ERC Tarica. Elle repose sur des entretiens auprès de différentes parti-prenantes engagés dans la filière ainsi qu’auprès des coopératives (avec des enquêtes générales auprès de 87 coopératives et des enquêtes quantitatives auprès de 356 femmes membres de 22 coopératives visitées).

Une valorisation économique de la ressource qui masque des situations contrastées de rémunération pour les femmes

Les coopératives d’argan ont du mal à remplir leur rôle économique auprès des femmes.En effet, sous le « modèle » de la coopérative se cachent des situations très contrastées ; certaines étant très intégrées économiquement et internationalisées, alors que certaines éprouvent des difficultés à se maintenir. Dès lors, il existe de grandes disparités en termes de paiement des femmes pour leur travail. Dans les coopératives enquêtées, les femmes sont payées en moyenne une vingtaine de dirhams (avec de fortes disparités), par kilo d’amandons concassés. On notera aussi les problèmes fréquents d’irrégularités de paiement, de retards ou d’absence de paiement. Même au sein des coopératives les plus intégrées, ces revenus demeurent faibles par rapport à la valeur ajoutée que génère l’huile, (Gana et Terrazonni, 2009 ; Romagny et Guyon, 2009).

Ces revenus, même s’ils ne sont pas négligeables et permettent de valoriser les femmes comme contributrices économiques du foyer, demeurent complémentaires. En effet, les revenus des femmes (voir le tableau 1) permettent de contribuer principalement aux achats de la vie quotidienne, dans un contexte économique et social qui demande de plus en plus l’accès à des ressources pécuniaires pour contribuer à de nouveaux besoins (déplacements, télécommunication, éducation). Ceux-ci n’assurent donc pas une réelle indépendance économique des femmes.

Tableau 1 – Utilisation des revenus générés par les femmes

Un système reproduisant des rapports de domination existants

Ensuite,des rapports de domination et d’exploitation existent au sein des coopératives, au profit d’acteurs qui s’accaparent les bénéfices au détriment des adhérentes. Tout d’abord, les rapports de genre se reproduisent au sein de la coopérative, qui n’est pas un réel espace d’émancipation. En effet, de nombreux hommes proches des femmes gravitent autour de la coopérative et s’occupent de ce qui est jugé au-delà de la portée de celles-ci (commercialisation, transport, représentation au sein de salons de producteurs, démarches administratives externes…), qui sont maintenues principalement dans des activités de transformation.

D’autre part, toutes les femmes ne sont pas égales au sein de la coopérative, et seule une minorité peut accéder à des responsabilités. En effet des rapports hiérarchiques préexistent entre les femmes et se maintiennent entre les différentes femmes coopérantes (Damamme, 2008) : entre femmes plus avantagées socialement et économiquement qui ont des fonctions de responsabilité et la majorité plus marginalisée, qui travaille comme ouvrière précaire. Les formations qui peuvent être proposées aux femmes, se révèlent majoritairement inefficaces et ne permettent pas de diminuer ces écarts.

La concurrence des structures urbaines et le maintien d’un marché informel prive les coopératives d’un pouvoir de négociation :

L’implantation rurale traditionnelle des coopératives les exposent à la concurrence d’autres structures, qui sont plus urbaines et donc plus connectées sur le monde extérieur (accès au marché et aux réseaux de commercialisation). Tout d’abord, les entreprises privées d’huile d’argan, avec le recours à la mécanisation, à une faible main d’œuvre et à des stratégies marketing produisent une huile moins chère qu’elles parviennent à vendre plus facilement. Celles-ci sont critiquées notamment concernant l’opacité fréquente de leur approvisionnement en matière première (liens avec le marché informel). Les petites boutiques urbaines qui fabriquent et vendent de l’huile d’argan profitent de la visibilité de leur emplacement par rapport aux coopératives et proposent des prix plus compétitifs.

Le marché informel de l’huile d’argan se maintient et se renouvelle également. Certains individus profitent de la vulnérabilité et de la précarité économique des femmes vivant dans des douars, en les faisant travailler à des tarifs dérisoires qu’elles ne peuvent guère négocier afin de faire de larges bénéfices.

L’enjeu de la maîtrise de l’amont de la filière

Les coopératives de femmes maîtrisent mal l’amont de la filière, qui est toujours marqué par l’opacité et l’informalité. Ce sont des femmes qui ramassent les fruits, mais la majorité des récoltes sont ensuite vendues dans les douars à différentes strates d’intermédiaires et de grossistes (Aubert et al, 2015), et non pas directement valorisées au sein de coopératives. Il y a donc une coupure du lien territorial entre les femmes, les coopératives et la matière première.

Théoriquement, dans les coopératives, les femmes devaient justifier de droits d’usage sur des arganiers et donc fournir leurs affyach, dans le cadre d’une dynamique collective de valorisation de leurs ressources. Dans les faits, un grand nombre d’adhérentes ne possèdent pas d’arganier et celles qui en possèdent en possèdent peu et préfèrent les garder pour leur usage personnel, se dissociant de la coopérative et de ses enjeux de développement. Cela pose ainsi le problème de la dépendance des coopératives aux intermédiaires.

Conclusion

Les femmes demeurent indispensables à la valorisation des fruits de l’arganier en huile, à travers notamment le concassage. Malgré la formalisation principale de cette production au sein de coopératives dans une optique de développement local durable, on assiste à un accaparement des bénéfices économiques et sociaux de cette production, au détriment des femmes qui travaillent, et qui sont considérées comme étant de simples ouvrières, participant donc à une dépossession de leurs usages et à une division du travail autour de la ressource qui leur est défavorable. Perçues comme un système dysfonctionnel par les acteurs institutionnels de l’arganeraie, se pose aujourd’hui la question de leur maintien futur, qui paraît incertain.


Bibliographie

AUBERT Pierre-Marie, NICOLLE Sandra, VENDE Jeremy, LEROY Maya, DELBERGUE Antoine, et al. (2015) « Essor du privé dans la filière « argan » : Dynamiques socioéconomiques et conséquences écologiques ». AgroParisTech, IRD, LMI, pp. 8-65

CHARROUF, Zoubida (2007), « 20 ans de recherche-action pour faire de l’arganier un levier du développement durable du milieu rural marocain », dans Actes du Colloque international ; L’Arganier levier du développement humain du milieu rural marocain, Rabat, pp. 3-14

DAMAMME, A. (2013) Genre, action collective et développement. Discours et pratiques au Maroc Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 244 p.

GANA, Alia et TERRAZONNI, Liza (2009), « Le rôle de l’arganeraie dans les économies familiales et la promotion socioéconomique des femmes rurales dans le Sud-ouest marocain », CNRS, Prodig, 35pp

GUERIN, Isabelle et al (2010), Femmes, économie et développement : de la résistance à la justice sociale, Toulouse : Erès ; Paris : IRD, DL 2010, cop. 2011, 382p

KENNY Lahcen (2007), Atlas de l’arganier et de l’arganeraie, Rabat : IAV Hassan II, 190 p, p92.

NOUIAM Rachida, (2005), L’Arganier au Maroc, entre mythe et réalités, L’Harmattan, 250p

LARBI, Aziz, MORMONT, Marc, ALLALI Khallil (2013), « Effets de la marchandisation de l’arganier sur la vie socioéconomique des populations de l’arganeraie marocaine », Revue VertigO, Volume 13 Numéro 1, avril 2013

ROMAGNY, B., GUYON, M., (2009), « Des souks aux marchés internationaux. La valorisation économique de l’huile d’argan marocaine : un cas d’école des contradictions du développement durable », In Localiser les produits : actes du colloque international organisé par le CIRAD, l’IRD, le Mab/UNESCO et le MNHN, Paris, UNESCO. pp 1-16

SIMENEL, Romain et al (2009), « L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème », Autrepart, vol. 50, no. 2, 2009, pp. 51-73.



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.