Les stratégies d’usagers pour l’accès aux ressources de la rivière Sabie (Afrique du Sud, Mozambique)

Nicolas VERHAEGHE est doctorant en géographie sociale à l’Université Paris Nanterre et à l’UMR 7218 LAVUE (Equipe Mosaïques), sous la direction de David BLANCHON (Université Paris Nanterre) et Magalie BOURBLANC (Cirad en détachement à l’Université de Pretoria). Il présente ici un papier tiré de sa présentation aux Doctoriales transdisciplinaires des ressources, organisées par le groupe Recherches-Ressources et qui se sont tenues le 29 mars 2019 à Paris.

Carte 1 – Le bassin-versant du fleuve Incomati et ses sous-bassins (source : JIBS, 2001)

Contexte géographique et social de la Sabie river : entre conservation, aliénation et exploitation

« Water is an interesting lens through which to examine managerial transformation (…) because, as a fugitive resource, it ‘knows no boundaries’. For research and management to be meaningful, one should therefore look beyond the boundaries imposed by administrative and political systems » (Pollard et al., 2011: 1-2).

La Sabie river est marquée par son caractère transfrontalier et sauvage, ainsi que par sa dimension symbolique. Longue de 230 km jusqu’à sa confluence avec le fleuve Incomati au Mozambique, près de 90% de son bassin versant est situé en Afrique du Sud (Carte 1) où une importante proportion de son territoire est caractérisé par la présence d’aires protégées dont le Kruger National Park, la plus grande aire protégée sud-africaine (20 000 km² de savane), que la Sabie traverse sur 110 km.

Les ressources hydriques de la Sabie font l’objet d’une intense compétition pour satisfaire les besoins liés à de multiples usages (domestiques, agricoles ou sylvicoles). La forte variabilité du régime pluviométrique (Rogers, 2006) dans le bassin-versant de la Sabie rend complexe la garantie des allocations de ces ressources entre les usagers. Cette situation est exacerbée par une forte croissance démographique, les épisodes récents de sécheresse (2016-2017) et la persistance de la ségrégation spatiale (une partie des espaces ruraux bordant le parc Kruger et la réserve privée Sabi Sand constituaient autrefois le bantoustan* de KaNgwane). En outre, le défaut de maintenance et le manque d’infrastructures municipales de traitement et de distribution d’eau entraîne de fréquentes pollutions de la rivière ainsi qu’un manque d’accès aux services publics d’eau et d’assainissement.

* Les bantoustans ou homelands sont définis par Houssay-Holzschuch comme des « territoires en archipel, fragmentés, sans ressources majeures (…) conçus comme de nouvelles nations, devant accéder à l’indépendance ». Leur établissement procède d’un « programme d’ingénierie sociale » ou « grand apartheid » divisant, l’espace national entre zones blanches et bantoustans réservés à chaque ethnie » et (…) déniant à la majorité des Africains leur citoyenneté sud-africaine et expulsant par la force plus de 3,5 millions de personnes de zones dites blanches vers leur soi-disant patrie ethnique (homeland) ». (Houssay-Holzschuch et al., 2017). 

Dès lors, différents enjeux, intérêts, pratiques et représentations se confrontent, et questionnent les interactions entre usagers, leur capacité à faire valoir leurs intérêts ainsi que leur reconnaissance par les instances de gestion. Dans ce contexte, les usagers déploient de nouvelles stratégies pour garantir leur accès aux ressources hydriques et préserver leurs activités.

Ce papier propose de rendre compte de travaux de recherches en cours menés dans le cadre de mon doctorat. Je propose d’introduire les grandes lignes des dynamiques (coalitions, conflits) qui s’opèrent entre catégories d’usagers en Afrique du Sud (conflits, alliances) pour sécuriser ou accroître leur accès aux ressources hydriques de la Sabie river. En outre, nous émettons l’hypothèse que l’usage des autres ressources de la rivière telles que les ressources biologiques (poissons, plantes médicinales) ou les ressources minérales (sable) participent aux conflits d’usages ou aux stratégies d’acteurs, aussi nous présenterons les premiers résultats de notre cartographie d’usages.

Le présent article se base sur des observations et entretiens issus d’un premier terrain exploratoire effectué entre juillet et octobre 2018 dans la partie amont de la rivière (entre les villes de Sabie et de Hazyview (voir Carte 2)). Il est complété par des éléments issus d’articles scientifiques ou de littérature grise. Après une présentation des principaux acteurs et de leurs usages des ressources de la rivière nous illustrerons à travers deux exemples les stratégies des acteurs pour l’accès aux ressources de la Sabie.

Les multiples ressources de la Sabie river

La Sabie river est caractérisée par une importante diversité d’acteurs et des usages multiples de ses ressources foncières et aquatiques (Rogers, 2006), biologiques et minérales (photo 1).

Photo 1 – Carte touristique illustrant la diversité des usages des ressources hydriques et foncières (la Sabie river est au nord de la carte). Ville de Sabie, août 2018.

Souvent décrite comme une rivière d’une beauté profonde et intacte (Rogers, 2006), la Sabie river est qualifiée comme étant la rivière la plus sauvage d’Afrique du Sud en raison du faible degré d’altération de sa géomorphologie (peu d’aménagements ont modifié son tracé) et de son taux de diversité biologique (IUCN, 2004). Les espaces en aval de son cours ont fait l’objet dès la fin du 19ème siècle d’une politique de conservation. La rivière constituait alors le cœur de ce qui deviendra le Kruger National Park, la plus grande aire protégée (20 000 km² de savane) et l’une des principales attractions touristiques d’Afrique du Sud (1,8 millions de touristes en 2017). Or, les politiques de conservation s’appliquent essentiellement à son cours aval en Afrique du Sud où un tourisme écologique à portée internationale est promu. En effet, la rivière représente un réservoir stratégique pour le Mozambique , où son débit est capté dès sa sortie du Kruger National Park pour alimenter le barrage de Corumana. D’une capacité de 720 Mm³, il alimente la ville de Maputo, capitale du Mozambique, en eau potable et permet l’irrigation de terres agricoles bordant le fleuve Incomati. Des travaux, actuellement en cours, visent à doubler sa capacité à 1240 Mm³ (clubofmozambique.com). En outre, en amont du Kruger National Park, les ressources hydriques de la rivière font l’objet d’une intense compétition pour satisfaire les besoins liés à de multiples usages (domestiques, agricoles ou sylvicoles). Les principales activités autour de la rivière Sabie, en Afrique du Sud, sont réparties en trois zones (carte 2 et tableau 1).

Cours supérieur Sabie Town à Hazyview Cours moyen – vallée de la Sabie (amont Hazyview à frontière KNP)Cours inférieur Kruger National Park
SylvicultureAgriculture irriguéeEco-tourisme
Besoins domestiques Besoins domestiques Besoins domestiques
Activités nautiquesAgriculture vivrière
Activités de loisirActivités nautiques
PêcheMédecine traditionnelle
OrpaillageÉlevage
Médecine traditionnellePêche
Extraction de sable

Tableau 1 – Typologie, répartition et importance des activités utilisant les ressources de la Sabie river. (En bleu, les activités marginales ou illégales ; en gras les activités les plus consommatrices de ressources)

Carte 2 – Usage des sols dans le bassin des rivières Sabie et Sand (National Land Cover classification (2006)

Les dynamiques d’accès aux ressources de la Sabie river

Ressources paysagères et biologiques dans le secteur touristique : enjeux de préservation

Les activités de loisirs et de tourisme écologique s’appuient sur les ressources paysagères et biologiques de la rivière. L’offre touristique est polarisée entre des activités de loisirs gérées par l’industrie sylvicole autour de la ville de Sabie (randonnées, VTT) et l’écotourisme en aval d’Hazyview – réserves naturelles et parcs nationaux – dont le Kruger National Park est l’acteur principal.

Des dynamiques conflictuelles ont émergé depuis les années 1990 entre le secteur sylvicole et les autorités du Kruger National Park. Ces dernières demandent la réduction de la superficie des plantations d’essences exotiques (pins et eucalyptus) qu’elles accusent de capter des quantités importantes d’eau en amont du parc et donc de réduire le débit d’eau. Un jeu d’alliance s’opère suivant une configuration amont et aval. Les plantations de pins existant depuis plus de 50 ans, elles font partie de l’imaginaire collectif des habitants et constituent désormais un atout paysager valorisé pour les activités de loisir des habitants et des touristes (VTT, randonnées) de la ville de Sabie. Un processus d’intégration à l’histoire locale (à travers des musées (photographie 3) de la sylviculture à travers la production de récits et de symboles ancre la forêt dans l’imaginaire (photographie 2).

Photographie 2 – Couverture d’un recueil d’articles sur la ville de Sabie. L’illustration élaborée à l’occasion des 75 ans de la création de la ville, représente les piliers importants pour l’harmonie de la ville (symbolisée par le jeune homme se reposant dans l’écrin de tranquillité) : l’église, la nature que symbolise la cascade et l’industrie sylvicole. Ville de Sabie, août 2018.
Photographie 3 – Musée de la sylviculture – Ville de Sabie, août 2018.

Les entreprises sylvicoles valorisent directement les ressources paysagères en participant à l’offre touristique (aménagement et gestion de sites paysagers remarquables comme des cascades, aménagement de sentiers de randonnées). L’accès à ces sites est généralement payant (photographies 4 et 5).

Photographies 4 et 5 – Komatiland entreprise sylvicole participe à l’écotourisme dans la région. En haut, panneau d’entrée au site des cascades de Bridal Veil. En bas, un panneau au musée de la sylviculture. Ville de Sabie, août 2018.

Les autorités du Kruger National Park s’appuient sur leur position en aval des rivières qui la traversent et sur leur aura internationale pour faire converger leurs intérêts avec ceux d’autres acteurs en posture similaire. Les autorités mozambicaines et les agriculteurs de subsistance en lisière du parc constituent des alliés stratégiques pour renforcer un discours sur le besoin de garantir une quantité de ressources hydriques pour maintenir la diversité biologique du parc. En outre, elles s’appuient sur les discours et les projets d’organisations de protection de l’environnement (WWF, IUCN) pour légitimer le besoin de préserver les ressources en eau dans les zones stratégiques « châteaux d’eau » ou pour porter des projets visant à accompagner les agriculteurs de subsistance à accéder à l’eau d’irrigation.

L’accès aux ressources hydriques pour l’agriculture : enjeux de redistribution des droits d’eau

Caractérisée par la confrontation entre exploitations agricoles commerciales et présence de l’ancien bantoustan de KaNgwane, la vallée de la Sabie reste marquée par une répartition des ressources en eau très inégalitaire. Dans cette zone, les ressources hydriques utilisées à des fins agricoles proviennent principalement du canal d’irrigation de la rivière Sabie. Malgré la nationalisation des ressources hydriques, l’accès à l’eau de cette infrastructure reste entre les mains de ses propriétaires (fermiers blancs) géré à travers le Sabie River Irrigation Board. Les Irrigation Boards ou Bureaux d’Irrigation étaient supposées, en vertu du National Water Act, être transformés en Associations d’Usagers de l’Eau (Water User Associations) afin d’inclure toutes les parties prenantes et usagers (Chibwe et al., 2012). Cette situation permet au bureau d’irrigation de conserver le monopole des ressources hydriques empêchant le développement des cultures dans les zones aval. Ainsi, les usagers en aval du canal de la rivière Sabie ne disposent pas toujours pas de droits sécurisant leur accès à l’eau et la gouvernance des ressources hydriques leur reste inaccessible.

« The fact that white farmers are monopolising this resource upstream prevents any equitable redistribution of water rights to those downstream. Despite the abundance of this resource, (the former irrigation board continues to pursue its claim for priority rights for residents who are located upstream » (Regourd, 2012)

L’accès aux ressources hydriques semble ici conditionné par la persistance de droits historiques pourtant caduques et l’accès à une infrastructure – le canal – et un organe de gestion.

Les modes d’accès aux ressources invisibles de la Sabie river

La prépondérance des enjeux écologiques et des enjeux commerciaux semblent occulter des usages « marginaux » producteurs d’autres types de ressources tels que les ressources végétales pour la médecine traditionnelle ou les ressources minérales (sable) utilisées pour la construction.Nous proposons ici une première typologie des modes d’accès à ces ressources à partir d’entretiens menés auprès d’une dizaine d’habitants vivant à proximité de la rivière et de deux usagers (le club de pêche à la truite de la ville de Sabie : Sabie trout angling club (photographie 6) et une petite entreprise organisant des activités nautiques Kestell adventure).

Photographies 6 et 7 – Le territoire de pêche du Sabie trout angling club. Ville de Sabie (juillet 2018). Le territoire de pêche borde les plantations de pins et la scierie exploitées par l’entreprise York Timbers qui concède sa gestion au club. L’accès aux espaces riverains et forestiers est réservé aux employés de l’entreprise et aux membres du club.

En dehors de quelques espaces marginaux, la dynamique principale qui régit l’accès physique à la rivière (et ses potentielles ressources) est la propriété et le droit d’entrée. Ainsi ce sont les propriétaires des terres qui bordent la Sabie ou les clients des espaces aménagés (sentiers de randonnées, zones de pêche, cascades en amont / guest houses et lodges, entreprises de sports nautiques, réserves animalières et aires protégées en aval) qui peuvent en apprécier les atouts paysagers, sauvages, naturels ou sportifs. Et même sur ces lieux, à l’exception de quelques aménagements (une aire de pique nique, des bars ou restaurants bâtis sur pilotis) ces espaces restent dangereux (risques d’attaques d’animaux (photographie 8), risques de vols ou de noyades) car souvent isolés (forêts, canyons, lisières d’exploitations agricoles).

Photographie 8 – La propriété de l’hôtel Sanbonani jouxte la Sabie river, une clôture électrifiée et un panneau protègent les clients des dangers liés à la faune sauvage. Sur l’autre rive, les espaces riverains sont libres d’aménagements et de propriétés, le jour de la photographie, un éleveur faisait abreuver son troupeau de bovins.

Outre ce mode d’accès basé sur la propriété et le droit d’entrée, nous proposons de distinguer trois autres modes d’accès :

  • L’accès libre aux espaces non privés pour des activités non réglementées telles que des activités spirituelles (cueillette de plantes médicinales et rituels/cérémonies menées par les Sangomas, les guérisseurs traditionnels), de loisir (rassemblements conviviaux pour barbecues, pêche ou nage), d’hygiène (nettoyage (linge, toilette personnelle) ou de subsistance (pêche). La plupart de ces activités sont menées par des individus isolés dans les espaces à l’abri des regards, en raison de leur dimension secrète (cérémonies des guérisseurs traditionnels) ou de leur caractère anormal (en dehors des comportements sociaux dominants) et du fait de l’isolement des lieux.
  • L’accès libre aux espaces non privés pour des activités commerciales et organisées souvent illégales : extraction de sable, pompage d’eau, pêche (braconnage), orpaillage.
  • L’intrusion dans des espaces privés pour accéder aux ressources (pêche, extraction de sable).

Cette première typologie repose essentiellement sur des témoignages d’enquêtés et appellent à être approfondie et vérifiée.


Bibliographie

CARRUTHERS, J. 1995. The Kruger National Park, Social and Political, University of Natal Press.

COCHET, H. ; ANSEEUW, W. et FREGUIN-GRESH, S. 2015. South Africa’s agrarian question, HSRC Press, p.282.

HOUSSAY-HOLZSCHUCH, M.; AMILHAT SZARY, A.L.; BASSO, I.; FAUVELLE F.X., GHERMANI, N.; MEKDJIAN, S.; STASSEN, J.P.; VENAYRE, S. 2017. Histoire de frontières, une enquête sud-africaine, Manuella éditions.

IUCMA, 2017, Ecostatus of the Sabie-Sand river catchment, Inkomati river system Phase II (2016)

IUCN, 2004 : The Sabie river, Protecting biodiversity in an internationally important conservation area.

JOINT INKOMATI BASIN STUDY, 2001, Joint Inkomati Basin Study Phase 2, Consulted in association with BKS Acres, Final Draft, April 2001.

POLLARD, S., Du TOIT, D. & BIGGS, H., 2011, River management under transformation: The emergence of strategic adaptive management of river systems in the Kruger National Park, Koedoe 53(2), Art. #1011, 14 pages. doi:10.4102/koedoe. v53i2.1011

REGOURD, H., 2012, Diagnostic agraire autour de Hazyview dans la province du Mpumalanga, Afrique du Sud. MA Thesis, Comparative Agriculture and Agricultural Development Research Unit, Paris Institute of Technology for Life, Food and Environmental Sciences (Agro ParisTech) in COCHET, H. ; ANSEEUW, W. et FREGUIN-GRESH, S., 2015, South Africa’s agrarian question, HSRC Press, p.283.

ROGERS, K., 2006, The governance of shared river resources: towards sustainable relationships for achieving equitable trade-offs, Technical Report to the Water Research Center n° 1294/1/06; ISBN NO: 1-77005-433-2.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.