Les ressources argileuses dans la production des briques rouges en Égypte et au Soudan, entre protection de l’environnement, intérêts économiques et convoitises foncières

Corten Pérez-Houis est doctorant en géographie depuis 2020 à l’UMR Géographie-Cités et à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le texte présenté ici est extrait de sa communication à la session « Géopolitique des ressources naturelles à l’heure de la transition socio-écologique » organisée par le groupe Recherches-Ressources au Congrès de l’Union Géographique Internationale en juillet 2022.

Photographie 1 : Briqueteries à Soba, le long du Nil Bleu (C. Pérez-Houis, 10 avril 2021).

            Les briques rouges font partie des matériaux de construction les plus massivement présents dans les agglomérations urbaines du Caire (Égypte) et de Khartoum (Soudan). L’intensification de leur utilisation s’inscrit, dans les deux capitales, dans un même contexte de forte croissance démographique et d’extension horizontale et verticale du bâti. Les conditions de production de ce matériau diffèrent toutefois d’un pays à l’autre, notamment en termes de degré d’industrialisation et de matières premières exploitées.

            À Khartoum, les briques rouges sont faites à partir du limon du Nil, déposé sur les berges du fleuve par des crues annuelles. Ce limon est issu de l’érosion de roches argileuses situées en Éthiopie et il est récupéré par les briquetiers soudanais pour être mélangé à de l’eau et de la matière organique (fumier, paille). Les briques sont ensuite moulées, elles sèchent à l’air libre, puis elles sont cuites sur la même parcelle dans des fours artisanaux et à usage unique (Photographies 1 à 3). Les briqueteries sont situées directement sur les berges du fleuve, à proximité du centre de la capitale.

Photographie  2 : Ouvrier démoulant les briques pour les faire sécher, Al-Gereif Gharb (C. Pérez-Houis, 10 février 2020).
Photographie  3 : Ouvriers constituant un four, Wad al-Bakheet (C. Pérez-Houis, 25 février 2020).

            Ce même mode de production existait en Égypte, dans la vallée du Nil et dans le Delta, mais il a progressivement disparu suite à la construction du barrage d’Assouan à la fin des années 1960. Cette infrastructure a en effet limité les crues et, donc, les dépôts de limon, celui-ci devenant une ressource non renouvelable. Depuis les années 1980-1990, les briques rouges sont issues de l’exploitation de carrières de shale, une autre roche sédimentaire argileuse que l’on trouve aux abords de la vallée, dans d’anciennes plaines alluviales. La filière égyptienne a rapidement été industrialisée ensuite, les usines étant désormais situées soit sur les berges du fleuve1, soit dans des zones spécialisées, notamment au sud du Caire (Photographies 4 à 6).

Photographie  4 : La tefla utilisée comme matière première dans une usine à Al-Rihawi (C. Pérez-Houis, 9 mars 2022).
Photographie  5 : Une usine au milieu des zones agricoles à Al-Rihawi (C. Pérez-Houis, 9 mars 2022).
Photographie  6 : La concentration de briqueteries dans la zone industrielle d’Al-Saf, au sud du Caire (C. Pérez-Houis, 19 février 2022).

            Malgré les divergences de matières naturelles utilisées, de techniques de production et de localisation, je propose d’étudier conjointement ces deux filières en montrant qu’elles subissent des phénomènes similaires de mise à l’écart et que ceux-ci sont la conséquence de rapports de pouvoir sur l’accès aux matières argileuses. Ces mises à l’écart sont à la fois économiques (fermeture d’usines, mise en concurrence avec d’autres matériaux de construction) et spatiales (volonté de relocalisation en périphérie des espaces urbains).

            Cette analyse, qui repose sur dix mois de terrain répartis entre 2020 et 2022, dans le cadre d’un master 2, puis d’une thèse en géographie, s’intéresse ainsi aux relations de pouvoir qui déterminent l’accès aux ressources argileuses. Je montrerai comment les acteurs publics cherchent à en interdire ou réguler l’usage par les producteurs de briques rouges, en mettant en avant des arguments environnementaux ou de protection des surfaces agricoles. L’étude des enjeux économiques au Caire et d’aménagement des espaces urbains centraux à Khartoum permettra enfin de montrer que ces matières argileuses constituent une ressource multifonctionnelle, qui suscite de nombreuses convoitises.

Interdire l’exploitation d’une ressource…

Photographie  7 : Le limon est récupéré à la pelleteuse sur les berges du Nil à Al-Gereif Sharg (C. Pérez-Houis,19 février 2020).

Que ce soit à Khartoum aujourd’hui ou au Caire jusque dans les années 1980, les producteurs de briques rouges2 accèdent relativement facilement à la matière première essentielle à leur activité. Le limon est prélevé directement sur la parcelle au Soudan, à l’aide de pelleteuses (Photographie 7), alors que, dans le cas égyptien, il était transporté par voie fluviale depuis des terres agricoles vers les usines, avant d’être transformé en briques rouges. La construction du barrage d’Assouan a en effet conduit à faire du limon une ressource non renouvelable, les producteurs égyptiens se tournant alors, dans les années 1950-1960, vers le « raclement » de terres agricoles. Ce phénomène, appelé tagrif (تجريف), a très tôt été ciblé par les pouvoirs publics nationaux. La loi 44/1960 sur la réglementation des constructions illégales et surtout la loi 53 sur l’agriculture en 1966 criminalisent le recours à ces terres limoneuses fertiles pour d’autres usages qu’agricoles. Il faut toutefois attendre l’adoption dans les années 1980 d’amendements à cette loi sur l’agriculture  (loi 116/1983) pour que les producteurs de brique rouge cessent réellement d’utiliser le limon dans leur activité (Mackenzie, 1985). Un cadre législatif équivalent a été récemment mis en place à Khartoum, avec la promulgation d’une série de décrets au début des années 2010 interdisant la production de briques sur les berges du Nil (Pérez-Houis, 2022).

            Dans les deux cas, des arguments similaires sont repris. Les briqueteries doivent être fermées d’abord en raison de l’utilisation considérée comme abusive de limon. Cette pratique du tagrif est régulièrement mentionnée, aussi bien dans les textes de loi que dans les entretiens réalisés avec des acteurs institutionnels, en Égypte comme au Soudan. Le raclage des terres agricoles était également associé, notamment en Égypte, à une atteinte à la sécurité alimentaire du pays3, la multiplication des briqueteries entraînant la réduction des surfaces cultivées. Au Soudan, l’autre argument principalement mis en avant pour justifier la fermeture des briqueteries depuis les années 2000-2010 est celui de la pollution terrestre et atmosphérique qu’elles engendrent. L’émanation de fumées (Photographie  8) contribuerait ainsi à la baisse de productivité des activités agricoles environnantes, mais aussi à la diffusion de maladies respiratoires (Abu Shura, 2000 ; Alam et Starr, 2009 ; Abdallah, 2013).

Photographie  8 : La fumée émanant des fours artisanaux sur l’île de Tuti (C. Pérez-Houis, 9 avril 2022).

            Ces similitudes dans les arguments mobilisés, malgré la différence des contextes spatiaux et temporels, illustrent surtout la volonté des acteurs publics de réguler l’accès aux ressources argileuses, ou plutôt d’en interdire l’usage pour la production de briques rouges. Ces mesures répressives sont associées, dans un même mouvement, à la promotion de ressources alternatives.

…pour mieux contrôler la filière

            Si, à Khartoum, ces interdictions d’utilisation du limon ne sont pas encore appliquées, notamment pour des raisons de stabilité politique et de capacité de l’État à faire respecter le cadre législatif, le modèle égyptien est présent dans l’esprit de plusieurs des interlocuteurs rencontrés.

            Les décrets mis en place par Hosni Mubarak au milieu des années 1980 ont en effet réellement bouleversé la filière égyptienne de briques rouges. La pénalisation de l’utilisation du limon a contraint les producteurs à se tourner progressivement vers une matière première alternative, la shale, ou ṭefla (طفلة), extraite de carrières à une dizaine de kilomètres de la vallée du Nil. Ce changement de matière a incité les industriels à rapprocher leurs unités de production de ces sites d’extraction, menant à la constitution progressive de zones spécialisées dans la production de la brique rouge. La plus importante, située à Arab Abu Said, à environ 35 km au sud du centre du Caire, regroupe plus de 300 usines (Photographie  9). De nombreuses briqueteries situées sur les berges du Nil ont ainsi arrêté leur activité et sont désormais abandonnées, entre autres par manque de compétitivité avec les producteurs localisés à proximité des carrières.

Photographie  9 : La zone industrielle d’Arab Abu Said, à 35 km du Caire (C. Pérez-Houis, 16 mai 2022).

            Les carrières de ṭefla, réparties de part et d’autre de la vallée, au sud de la capitale égyptienne, ont d’abord été exploitées par des individus, sans nécessairement de contrôle centralisé des prix, des quantités ou des permis. Mais, depuis 2019 et la loi 145, qui modifie la loi 198/2014 sur les richesses minières, l’obtention d’un permis d’exploitation est soumise à l’accord du ministère de la Défense, dont les agences sont des acteurs économiques à l’importance croissante. Dans la pratique, la plupart des carrières de tefla sont ainsi passées sous un contrôle administratif et économique de l’armée4 (Sayigh, 2019), ce qui a provoqué une augmentation des prix de la matière première (entretien avec un vendeur, juin 2022). Les producteurs de briques qui sont encore dans le Delta ou sur les berges du Nil sont d’autant plus mis en difficulté, le coût croissant de la ressource s’ajoutant à celui du transport.

            Cette logique de régulation de l’accès aux ressources pour mieux contrôler l’ensemble de la filière correspond à des politiques publiques plus larges qui visent à formaliser le secteur de la construction, comme cela est surtout est visible en Égypte. Elle est également à lier à la mise en concurrence de la brique rouge avec d’autres matériaux (parpaing de ciment en Égypte, brique industrielle au Soudan), dont la production est soutenue, voire directement assurée par des acteurs publics et militaires. On retrouve cette stratégie, même si elle n’est pas forcément intentionnelle, pour le combustible. Le mazout traditionnellement utilisé dans les usines pour cuire les briques rouges a été ciblé par des politiques environnementales, en incitant les producteurs à recourir au gaz naturel. Celui-ci n’est toutefois fourni qu’à travers des infrastructures publiques, qui ne sont elles-mêmes présentes que dans les zones industrielles spécialisées, aux marges de la vallée du Nil. Toutes les autres briqueteries se trouvent de fait mises à l’écart du marché, parfois contre leur volonté : « Si on avait du gaz naturel, on l’utiliserait, bien sûr » (producteur à Fayoum, mai 2022).

De la matière première à la ressource foncière

            La filière égyptienne est donc marquée par cette mainmise des acteurs publics et militaires sur l’accès aux ressources, ce qui n’est pas (encore) le cas à Khartoum, malgré la présence d’un cadre législatif punitif et de discours critiquant les briqueteries pour leur utilisation abusive du limon du Nil. Dans la capitale soudanaise, il apparaît toutefois que l’enjeu n’est pas tant la conservation de la ressource que la fonction accordée aux berges du Nil sur lesquelles se situent les briqueteries : « Les berges ne sont pas faites pour les briqueteries, elles sont faites pour l’agriculture ou pour aménager une corniche pour les touristes » (directeur du Service de protection des terres de Khartoum, avril 2022).

            Au-delà d’arguments environnementaux ou même sanitaires, les acteurs publics soudanais insistent davantage sur l’incompatibilité entre cette activité productive et sa localisation. Ces discours se traduisent ainsi par une pression foncière accrue depuis les années 2000-2010 sur ces berges, des briqueteries étant régulièrement fermées, puis détruites pour être remplacées par des routes, des zones résidentielles ou des infrastructures touristiques.

Photographie  10 : Un hôtel de luxe en cours de construction sur les berges du Nil à Khartoum (C. Pérez-Houis, 23 avril 2022).

            À proximité immédiate de la plus grande zone de production de briques, à al-Gereif Sharg, un hôtel de luxe est en train d’être construit (Photographie  10). Alors qu’il a massivement recours à ce matériau abondant et peu cher, l’architecte affirme que « si l’on veut rester ici, les briqueteries doivent être délogées. Pendant la cuisson, il y a une forte odeur et de la fumée. Pour des clients qui viennent d’Europe en quête d’air frais, on ne peut pas leur interdire d’ouvrir la fenêtre » (entretien, avril 2022).

            Au-delà du décalage par rapport à l’attractivité réelle de Khartoum, cet échange montre bien que la libération des berges à des fins touristiques est prioritaire par rapport à la préservation d’une ressource naturelle. Les briqueteries représentent avant tout une nuisance, olfactive et visuelle, qui est incompatible avec les politiques de mise en valeur touristique ou récréative des berges du Nil à Khartoum.

            Les matières argileuses apparaissent ainsi comme une ressource multifonctionnelle (matière première de la brique, terre fertile pour l’agriculture), située sur des espaces qui font l’objet de multiples convoitises. Son usage s’inscrit également dans une filière, celle de la brique rouge, qui est au cœur d’enjeux économiques et de concurrence sur le marché des matériaux de construction. L’analyse conjointe de ces deux études de cas égyptienne et soudanaise, malgré leurs différences structurelles (temporalités de l’industrialisation, application du cadre législatif, conditions de production), ne s’inscrit pas dans une perspective téléologique, qui ferait de Khartoum le passé du Caire et du Caire le futur de Khartoum. Il s’agit au contraire de mettre en lumière les processus similaires de mise sous contrôle des ressources par les acteurs publics et de mise à l’écart économique et géographique des producteurs de briques rouges, pris ainsi dans un rapport de force asymétrique.

Corten Pérez-Houis


1 Cette proximité avec le fleuve s’explique par les besoins en eau de cette activité industrielle, mais aussi car la matière première, la terre agricole, a longtemps été acheminée par voie fluviale, depuis les champs environnants.

2 À Khartoum, il s’agit en grande majorité de petits producteurs individuels, parfois liés par des relations familiales, tandis qu’au Caire, on observe davantage de regroupement et de concentration au sein de plus grandes entreprises, qui emploient une centaine de personnes au minimum. La production reste toutefois relativement éclatée, chaque producteur étant généralement propriétaire d’un seul four.

3 « How the state forced small-scale farmers to grow cement and bricks », Mohamed Ramadan, 21/10/2020, Mada Masr (https://www.madamasr.com/en/2020/10/21/opinion/economy/how-the-state-forced-small-scale-farmers-to-grow-cement-and-bricks/).

4 « Lettre économique d’Egypte – Janvier 2021 », Service économique du Caire (https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2021/02/01/lettre-economique-d-egypte-janvier-2021).


Bibliographie

ABDALLAH Abdelgader Arbab Abdelkarim (2013) Les conséquences environnementales et sanitaires de l’industrie de la brique rouge (étude de cas de la zone de Shambat) (الأثر البيئى والصحى لصناعة الطوب الأحمر- دراسة حالة منطقة شمبات), Mémoire de recherche, Université de Khartoum, Département de Géographie, http://khartoumspace.uofk.edu/handle/123456789/953.

ABU SHURA Rabia Sayed Ahmad Mohamed Ali (2000), Les conséquences de la pollution causée par les usines traditionnelles de brique, les élevages d’animaux et les pneus de voitures sur les habitants de Hillat Koko (أثر التلوث الناتج عن مصانع الطوب التقليدية وحظائر الحيوانات وعوادم السيارات على سكان حلة كوكو), Mémoire de recherche, Université de Khartoum, Département de Géographie.

ALAM Syed Ashraful, STARR Mike (2009) « Deforestation and Greenhouse Gas Emissions Associated with Fuelwood Consumption of the Brick Making Industry in Sudan », Science of the Total Environment, 407.2, pp. 847-52.

MACKENZIE Debora (1985), « Egypt’s Great Brick Crisis », New Scientist, n°1458, p.10.

PÉREZ-HOUIS Corten (2022), « Cadre législatif et production de briques rouges à Khartoum (Soudan) : entre protection de l’environnement et stratégies d’aménagement des espaces urbains centraux ». Sources. Material & Fieldwork in African Studies (4), p. 197‑240.

SAYIGH Yezid (2019), Owners of the Republic. An anatomy of Egypts military economy, Carnegie Middle East Center.



Citer ce billet
Recherches-Ressources (2023, 12 mars). Les ressources argileuses dans la production des briques rouges en Égypte et au Soudan, entre protection de l’environnement, intérêts économiques et convoitises foncières. Recherches-Ressources. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toc9

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/04/2023

    […] Les ressources argileuses dans la production des briques rouges en Égypte et au Soudan, entre prote…, par Corten Pérez-Houis, sur le Carnet Recherches-Ressources ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search